BILAN DU SOUTIEN SCOLAIRE 2018/2019

Les premières séances ont débuté le 3 octobre 2018 avec un effectif qui a doublé par rapport à l’année scolaire 2017/2018. En effet l’école Chabanon dans le 6ème arrondissement catégorisée ZEP a sollicité l’association afin d’intégrer le projet au même titre que les écoles St-Théodore et St-Savournin. Il y a également quelques entrants en 6ème qui ont souhaité prolonger leur participation à ce projet. En effet, cette première étape du collège fait partie du même cycle d’apprentissage que les 2 classes de CM. En parallèle, dès la rentrée, l’association a recruté d’avantage d’enseignants, notamment un professeur de mathématiques. Pour aider les enseignants la présence des lycéens bénévoles est renouvelée. Les jeunes ont réellement pris conscience de l’importance de leur posture « grande sœur/grand frère ».

L’année scolaire se termine avec 44 élèves inscrits et un pourcentage de fréquentation élevé. 11 adultes se sont relayés tout au long de l’année, dont 7 qui sont rémunérés, ce qui est confortable. Les familles nous ont déjà sollicités pour une réinscription pour l’année à venir. Les chefs d’établissement et directeurs des écoles partenaires sont également intéressés pour poursuivre la collaboration. Dans l’esprit de notre volonté de nous inscrire en partenaire pédagogique, nous avons eu des contacts avec une orthophoniste et une assistante sociale accompagnant 2 de nos élèves. Les enseignants ont évalué le travail réalisé par chaque élève mais aussi par groupe.

Les élèves de 6ème :

Ils ont été très assidus et ont su demander de l’aide sur leurs points faibles. A l’issue de chaque trimestre et au regard des appréciations portées sur leurs bulletins par leurs professeurs nous avons défini avec eux les postures à adopter visant l’amélioration de leur autonomie. Ils nous quittent cependant pour moitié encore fragiles.

Les élèves de CM :

Ils ont souvent travaillé en équipe surtout pour développer les techniques de mémorisation des leçons et pour réaliser des recherches demandées par leurs enseignants. Ces moments ont permis d’aborder l’argumentation. Tous ont progressé à l’école.

Les élèves de CE1 et CE2 :

Ils étaient accompagnés par 4 adultes ce qui a permis de ne consacrer qu’une seule des 2 heures au travail inscrit sur l’agenda. La deuxième heure a fait l’objet de projets en étude de la langue; lecture active de notices de fabrications d’objets de décoration, rédaction de carton d’invitations, participation à la présentation d’une pièce de théâtre (réécriture d’un texte, lecture et mémorisation, mise en voix). Les CE1 ont particulièrement bénéficié de cette méthode de travail, ils étaient des lecteurs fragiles en début d’année et affichent de l’aisance en fin d’année.

Les élèves de CP :

Ils ont gagné en confiance, ils ont appris en équipe à utiliser les outils pédagogiques donnés par leurs enseignants. En fin d’année 2 élèves sur 14 ne maîtrisent pas encore la lecture. Nous avons détecté une dyslexie pour l’un des deux et nous avons partagé cette observation avec la directrice de l’école que cet enfant fréquente. La totalité des élèves accepte la coopération et accepte les jeux pédagogiques. Leur capacité d’écoute s’est améliorée au fil de l’année ainsi que leur acceptation de l’erreur.

La participation des étudiants bénévoles :

Elle a gagné en stabilité et s’est encore une fois avérée précieuse. Ils ont su trouver la bonne posture en se référant aux adultes en charge des différents groupes. Ils se sont répartis facilement selon les besoins et effectifs. Ces jeunes, en fin d’année, s’avèrent capables de dire vers quelle tranche d’âge va leur préférence de travail. Leur assiduité a été récompensée par l’obtention du passeport bénévole reconnu par les organismes publics et par parcours sup.

Les moments conviviaux :

Ils sont maintenant inscrits en tant que rituels et sont très attendus par les élèves… goûters en fin de période, représentation théâtrale et stage créatif avec des santonniers. Lors de ce stage nous avons pu observer des comportements similaires à ceux déjà vus en situation de travail scolaire et la gestion de la difficulté dans un contexte autre que celui des apprentissages fondamentaux s’avère intéressante.

Agnes Massimelli

pour l’équipe d’aide aux devoirs

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *