MISSION BRÉSIL 2019 DU LYCÉE ST-JOSEPH LES MARISTES: TÉMOIGNAGES

Du 12 au 29 juillet, 13 élèves du lycée St-Joseph les Maristes (Marseille) accompagnés du Directeur, Norbert Joyeux et deux enseignants ont effectué une mission à Rio, au quartier de Campo Grande où ils ont étés accueillis dans des familles! Au programme : échanges avec des adolescents du quartier avec qui ils ont découvert Rio, sorties avec les enfants des crèches et activités diverses avec la population locale! Après 18 jours de rencontres, de partages et d’amitiés, ils ont tenu à nous livrer leurs impressions…

Nous sommes le 12 juillet, jour du départ. Une peur, ne pas m’entendre avec les membres du groupe. Arrivés à Rio, nous sommes Caro et moi accueillies par une mamie toute mignonne. J’ai été surprise en voyant la gentillesse de toutes ces personnes qui nous ont reçues, le Père Mauricio, les enfants, etc. Ce voyage fut une expérience inoubliable et gravé à jamais. Cela m’a appris à vivre autrement, rencontrer des personnes extraordinaires et apprendre à mieux connaitre notre directeur Norbert Joyeux ainsi que Mared Gimenez. Je n’ai aucune critique pour ce voyage, il fut du début à la fin un régal pour moi, rencontres, programme des visites. Merci à tout le monde : Padre, Norbert, Mared, Jean-Daniel et Julie. J’espère revenir l’année prochaine. Ils me manquent déjà.

Sidonie Rastoin

Ce voyage fut riche en émotions. Tout d’abord, je partais au Brésil en ne connaissant que les accompagnateurs : Jean-Daniel, Julie, Mared et Norbert avec des amitiés fortes et des souvenirs plein la tête. Ce voyage fut extraordinaire par les visites : la plage de Copacabana, le Corcovado, le pain de sucre et le séjour à Ilha Grande, etc. mais ce que j’ai retenu de plus important, ce sont les rencontres : Yassie et Audilio qui nous ont accueillis chez eux, le Père Mauricio qui nous a suivi tout au long de notre séjour et nous a appris la notion de partage avec les autres, et bien sur les rencontres avec les enfants des crèches, les adolescents que nous avons vu tous les soirs de la semaine pour les olympiades. Ce sont tous ces moments de partage qui me feront revenir à Rio l’été prochain ou peut-être avant.

Alexandre Zay

J’ai passé un séjour inoubliable, rempli d’émotions, joie, tristesse, colère. Toutes ces émotions ressenties au cours de ce superbe voyage m’ont certainement changé. La vie à Campo Grande et à la paroisse est incroyable, les gens qui y résident, les chants joyeux, les danses entrainantes, le Père Mauricio, ma famille d’accueil. Tous ces éléments pourtant très simples ont rendu mon séjour radieux. Au tout début du voyage une crainte s’était installée ; appréhension du manque de confort, le comportement des gens ; etc. ; mais au contraire cette crainte est partie, a disparu, le fait de sortir de mon confort, de mes habitudes a changé complètement mon voyage. Je suis très heureux et très reconnaissant à Graines de Joie, M. Joyeux, Mared, Julie et Jean-Daniel, car grâce à eux j’ai eu la chance de faire des rencontres inoubliables (brésiliens et français). Un grand merci à tous et j’espère à l’année prochaine !

Raphaël Consolin

Rio m’a une fois de plus émerveillée entre ses paysages si contrastés et ses habitants si chaleureux et bienveillants. Je repars le cœur rempli d’amour et de joie, je garde en mémoire tous les sourires des personnes rencontrées. Nous avons été accueillis à bras ouverts par les habitants de la paroisse Santa Rita. En logeant dans les familles et en participant aux activités avec les enfants et adolescents, on a pu vivre un véritable échange culturel. Cette deuxième expérience est tout aussi magique et inoubliable ! On ressent des émotions si fortes qu’elles nous bouleversent et marquent notre vie pour toujours. Un grand merci aux familles et aux jeunes, un immense merci à Graines de Joie, à M.Joyeux et aux accompagnateurs et enfin merci au Père Mauricio, un homme extraordinaire sans qui rien n’aurait été possible.

Mathilde Letocart

A mon arrivée en 6ème je voulais déjà participer aux voyages humanitaires qu’organise Saint Joseph les Maristes. 7 ans plus tard, 7 ans de joie, de rencontres, et de nouvelles découvertes, j’y suis enfin ! Ces deux semaines passées à Rio ont été très riches, particulièrement en émotions. Je n’oublierai jamais tous ces moments passés avec vous (que j’ai failli rater…). Merci de nous avoir permis de faire cette incroyable expérience, merci à tout le groupe d’avoir été aussi génial. J’espère pouvoir participer l’année prochaine à un nouveau voyage, pas à Rio mais ailleurs car le monde est vaste et d’autres pays ont besoin de nous.

Laurène Lucchini

En arrivant à Marseille, et donc à Saint Joseph les Maristes en 4ème, je n’aurais jamais pensé faire un voyage comme celui-ci. J’avais entendu parler du voyage humanitaire à Rio C’est alors que cette année, Mathilde Cornet me parle de ce voyage et je me suis dit que j’allais le faire car j’avais envie de nouvelles expériences dans un nouveau pays, le Brésil, et j’ai bien fait ! Ce voyage m’a beaucoup appris sur les conditions de vie des jeunes au Brésil ainsi que sur le partage. Nous avons été très bien accueillis par tout le monde et beaucoup d’amour flottait dans l’air. Ce voyage m’a enrichi personnellement en découvrant la culture Brésilienne et en étant en contact avec beaucoup de personnes. En deux semaines nous nous sommes attachés à des personnes grâce aux liens que nous avons créés et les quitter a été très difficile. Je ne garderai de ce voyage que des souvenirs positifs que ce soit les visites, les rencontres, les enfants dans les crèches, les familles et j’en oublie..Je tenais juste à remercier le groupe mais aussi Mared, Julie, Jean-Daniel, Norbert, Padre Mauricio car cela a été une expérience unique qui restera dans nos mémoires. Merci aussi à Graines de Joie. Je ne m’arrêterai pas à cela, je veux pouvoir apporter mon aide à des populations qui en ont vraiment besoin donc peut-être à l’année prochaine, au Brésil ou ailleurs.

Manon Martinez

Toi qui découvre ce témoignage, sache que tu lis le seul toulousain du groupe, ce qui au départ a créé chez moi la peur de ne pas m’intégrer dans ce groupe génial. La question que je me pose est pour quoi ce voyage humanitaire est une expérience inoubliable et enrichissante ? Suite à des voyages que j’ai eu la chance de réaliser dans le cadre scolaire comme le Mexique ou encore la Hongrie dans un cadre humanitaire, ce qui change et qui fait la différence ce sont les personnes, car au Brésil, ce ne sont pas les paysages ou les monuments qui sont importants à mes yeux, mais la richesse de l’amour des personnes qui vous marque et vous réserve une place dans leur cœur. De plus leur culture est celle de la fête, du partage et d’accueillir les personnes en leur donnant tout leur amour.

Simon Tepe

Je suis partie sans savoir où j’allais atterrir. Mon voyage « en terre inconnue » en quelque sorte. Moi qui aime tout prévoir, tout planifier, j’ai fait confiance à Norbert et au padre Mauricio que je ne connaissais pas. Je pensais découvrir de merveilleux paysages, des plages sublimes et infinies, des monuments somptueux et emblématiques. Je n’ai pas été déçue, la chance nous a souri, mais ce qui restera gravé dans ma mémoire à jamais, ce n’est pas seulement la beauté de Rio, mais essentiellement le cœur énorme de ses habitants. Leur accueil si chaleureux, leur foi, le don de leur personne, leur générosité malgré le peu de biens qu’ils possèdent, et leurs accolades si réconfortantes. Leur cœur est grand ouvert, et ils ont réussi en peu de temps à ouvrir encore un peu plus le nôtre. Le fameux dicton « ce n’est pas l’homme qui fait le voyage, mais le voyage qui fait l’homme » a pris dans cette première expérience tout son sens. Je ne remercierai jamais assez toutes les personnes que j’ai rencontrées, Gracinda et ses recettes délicieuses, Carla, César et leur espiègle petite Maria Clara, Elena, voisine, meilleure amie au grand cœur, Fernando, ce sacré numéro et sa famille unie, William, si discret mais à la gentillesse infinie, tous ces jeunes qui nous ont accompagné, applaudi, chaque embrassade m’a réchauffé le cœur et bien sur, ce cher Padre Mauricio, un homme tout simplement extraordinaire. Les adieux ont été déchirants, mais il ne s’agissait peut-être que d’un au revoir. Un immense merci également à ces 12 jeunes français que j’ai appris à connaitre durant ce voyage, et qui deviendront, j’en suis sure, des adultes formidables. Norbert, Mared,Jean-Daniel, merci d’être d’aussi belles personnes. Vous inspirez la jeunesse !

Julie Nigdelian

Ce voyage à Rio a été pour moi une expérience hors du commun. Avant de partir, j’appréhendais énormément les différences de langage. Je me demandais si on allait réussir à se comprendre pour pouvoir communiquer, cependant j’ai vite compris que la langue n’était pas une barrière, bien au contraire, cela nous a permis de connaitre l’autre d’une façon différente. Nous avons rencontré de nombreux cariocas de tous âges, du plus petit au plus grand. Aucun mot ne peut décrire ce sentiment que je porte aujourd’hui à ces personnes que nous avons rencontrées ; chacun d’entre eux avait son caratère, mais tous étaient reliés par une chose : le partage ! Nous avons découvert une nouvelle culture qui m’a plu, je n’avais jamais rencontré des personnes aussi accueillantes et aimantes, elles méritent de recevoir toute l’aide que nous pourrons leur apporter. Il y a tellement à donner et à recevoir d’elles, c’est pourquoi je conseille à tous ceux qui liront ce témoignage de participer une fois à un voyage comme celui-ci. Nous prenons conscience d’énormément de choses, on s’ouvre aux autres à la place de regarder son nombril !!! Merci pour tout.

Mathilde Cornet

Brésil 2019 (2ème voyage)
Il faudrait que je parle de toute l’affection d’un regard, d’une caresse, des esquisses d’un sourire, ce n’est pas une question de mots, on ne parle pas la même langue, on ne vient pas du même monde, tout est différent, sauf les sentiments et c’est ceux-là qui restent en nous. L’enthousiasme des jeunes de la communauté lors des cours de capoeira avec Wagner, la joie des adolescents chaque soir à l’église, la frénésie dansante des enfants à la crèche, c’est ce qu’ils nous laissent, ce qu’il nous reste. Une nouvelle vision sur le monde et sa diversité, un amour inconditionnel pour Campo Grande, c’est tout simplement le sentiment que la richesse est bien autre que matérielle. C’est une joie de vivre, le besoin d’aimer, de donner. Pour une seconde fois, j’aime campo grande et sa communauté dans sa simplicité, sa joie, ses couleurs. Je l’aime et il me le rend bien.

Romane Cadeau

Que dire de ce voyage pour éviter de répéter ce que tout le monde a déjà dit ou va dire. Je ne sais pas, mais je peux affirmer que les 16 personnes qui ont participé à cette expérience ont vécu des moments magnifiques, remplis d’amour. Tout le monde repart avec des souvenirs exceptionnels qu’ils n’auraient jamais pu avoir si ils n’étaient pas venus, des moments intenses qui éblouissent notre vie, qui nous donnent une leçon et nous font grandir. Nous avons été émerveillés par tant de belles choses, ilha grande, la ville de Rio avec ses rues, ses plages, ses monuments. Ainsi nos yeux se sont émerveillés et nos cœurs agrandis avec toutes les rencontres que nous avons faites ; tout d’abord entre nous, tout le monde s’est rapproché et des affinités se sont créées, puis nous avons eu des rencontres merveilleuses avec les brésiliens, Padre Mauricio, William qui sont des personnes remarquables et remplies d’amour. Ce voyage a été au-dessus de toutes mes attentes, même si une ou deux grasses matinées n’auraient pas été de refus, l’intérêt du voyage valait amplement plus que quelques heures de sommeil. Le voyage touche à sa fin, en espérant revivre des moments comme ce que nous avons vécu tous ensemble. Merci à toutes les personnes qui ont participé à ce voyage de près ou de loin et merci à Monsieur Joyeux et Padre Mauricio d’avoir donné de leur temps pour réaliser ce voyage inoubliable qui a mis des étoiles dans les yeux de tous.

Julien Gautier

Le 1er voyage humanitaire que j’ai fait ( Hongrie 2019) m’a tellement ouverte au monde, appris sur moi-même et permis de rencontrer des personnes géniales que je m’attendais à la même chose pour Rio, sauf que tout le monde ne se ressemble pas. Donc au lieu de rencontrer de nouvelles personnes géniales, j’ai découvert sous un autre angle des gens que je voyais au lycée et c’est ce qui m’a plu car on ne connait jamais vraiment une personne et redécouvrir des personnalités que je croyais déjà connaitre a été ce que j’ai préféré. J’ai mis du temps à réaliser qu’on était tous à Rio, peut-être parce que je m’attendais à un pays riche qu’on nous a présenté comme un pays pauvre. Ce que j’ai regretté c’est ne pas avoir assez exploré le côté humanitaire, mais plus les jours passaient, plus je me suis rendue compte que rien qu’en disant bonjour on obtenait toute leur sympathie. C’est un sentiment affreux que d’avoir l’impression de n’avoir rien fait pendant 18 jours. Deux pages c’est court pour tout exprimer, je finirai donc en disant combien j’ai aimé ce voyage les personnes qui en ont fait partie et ce qu’il m’a apporté.

Caroline Wallet

OPÉRATION « Kits Cartables » 2019/2020

OPÉRATION « KIT CARTABLE » 2019/2020

Une rentrée solidaire pour les enfants du Burkina Faso!

Pour la 14ème année consécutive Graines de Joie lance l’opération « Kit cartable ».

Elle consiste à récolter des fonds, afin de doter chaque enfant du matériel pédagogique nécessaire (cartable, livres et fournitures scolaires).

CHAQUE KIT CARTABLE COUTE 8€

(Ainsi votre soutien de 8€ ne vous revient en réalité que 2,72€, après déduction)
Dans le monde, environ 80 millions d’enfants n’ont pas accès à l’école. Si comme nous, vous estimez que l’éducation est le meilleur développement personnel et de progrès social,

participez à notre action:

EN TÉLÉCHARGEANT LE BULLETIN DE SOUTIEN CLIQUEZ ICI

NOUVEAUTÉ EN RÉGLANT EN UN SEUL CLIC VIA LE PAIEMENT SÉCURISÉ DES ASSOCIATIONS

CLIQUEZ ICI

EN EFFECTUANT UN PAIEMENT SÉCURISÉ PAR PAYPAL CLIQUEZ ICI

D’avance, merci !

« Lorsque je me suis rendu au Burkina Faso pour la distribution des kits cartables, j’ai mesuré l’utilité de cette opération. Ces enfants ont besoin de nous, de notre aide et de notre amour !»

Frédérick Bousquet
LETTRE D'NFORMATION SEPTEMBRE 2017
Parrain de Graines de Joie
Médaillé Olympique de natation

NEWSLETTER DE JUILLET 2019

Dans ce numéro : Les missions au Burkina Faso et en Roumanie, la participation de Frédérick Bousquet à l’émission d’aventure sur TF1 diffusée tout l’été, les 2 camps des scouts Franciscains de Bucarest (Roumanie) financés par l’association, la clôture du soutien scolaire et la 3ème édition de Roulons pour Graines de Joie, le 8 septembre prochain.

Pour consulter la newsletter de juillet CLIQUEZ ICI

MISSION ROUMANIE DU LYCÉE LACORDAIRE: TÉMOIGNAGES

Le 10 juillet dernier, 12 élèves accompagnés de 2 enseignants du lycée Lacordaire de Marseille sont partis pour une mission à Radauti en Roumanie.
Au programme : Colonie de vacances en montagne, avec les enfants du Centre Social Maria Ward et découverte de la région Bucovine (Nord de la Roumanie). ils ont tenu à nous livrer leurs impressions…

« 6 jours, 6 jours paraissent être peu mais 6 jours m’ont suffi pour créer des liens inoubliables avec des enfants pleins d’amour et de tendresse. Je ne pensais pas recevoir autant d’amour de leur part et cela m’a profondément touchée. Grâce à séjour, nous avons pu leur faire oublier leur dure réalité qu’ils ont retrouvé en nous quittant. Le départ de la colonie a été très difficile, notamment lors des adieux. Leurs sourires resteront gravés dans ma mémoire. Je les aime tous, tous ces enfants si différents les uns des autres mais qui, au fond d’eux, ont tous un point commun : ils ont besoin d’amour, un amour qu’ils nous rendent et m’a rendu heureuse. Malgré la fatigue, j’avais envie de me lever le matin, pour être en leur compagnie et surtout les faire sourire et penser seulement au moment présent ».

Alicia Fontana

« Lorsque l’on parle de voyage humanitaire, on pense souvent à aides des personnes vivants en Afrique ou en Amérique du Sud, alors qu’il existe des pays tout aussi pauvres, bien plus près de chez nous. La Roumanie en est un bon exemple et ces 6 jours de mission avec ces enfants m’ont permis de comprendre l’importance d’aider ces personnes, qu’elles viennent de l’autre bout du monde ou de pays voisins. Ces enfants m’ont appris à aimer sans connaitre et à apprécier les choses primaires de la vie comme passer du temps en société. Une mission pleine de bons moments et d’émotions, accessible à tous ».

Maxime Neuplanche

« Ce voyage en Roumanie, premier voyage humanitaire, a été très enrichissant pour moi. Pouvoir apporter de l’amour à ces enfants tout en découvrant ce pays, était incroyable. Les 6 jours suffisent pour donner de l’amour et de la joie et en recevoir. Ce voyage m’a également permis de découvrir de nouvelles cultures Ukrainienne mais surtout Roumaine. Un grand merci aux sœurs Felicitas et Tereziana qui nous ont accueilli. Merci également à Graines de Joie de nous avoir permis de vivre cette belle expérience ! »

Julia Serrus

«  J’avoue que cette mission a été surprenante et différente de ce que j’imaginais. Les 6 jours passés avec les enfants ont été extraordinaires et m’ont beaucoup apporté. La joie des enfants vaut bien la fatigue d’être constamment en alerte, et tout l’amour qu’on leur donne, nous est rendu au centuple. J’ai tissé des liens forts que je n’oublierais pas. Un grand merci de nous avoir permis une première expérience où nous avons pu donner de notre personne pour les autres ».

Anna Jammayrac

« Grâce à cette mission j’ai pu me faire une idée de cette expérience qui a été fabuleuse. Je me suis attachée aux enfants et ainsi, nous avons pu partager beaucoup d’amour, de joie et de bonne humeur. Je n’oublierai jamais cette première expérience qui, grâce à Graines de Joie, ne sera pas la dernière ».

Célia Bourgeois

« C’était la première fois que je devais m’occuper d’autant d’enfants. Rien que cela me faisait peur et le fait qu’ils ne parlaient ni Français ni Anglais n’a rien arrangé. Finalement, cette expérience a été incroyable. Le lieu était parfait, les animateurs Roumains avaient tout prévu, ils nous ont beaucoup aidé, et les enfants étaient adorables. Il y a eu de grands moments de fatigue où il était très difficile de tout gérer puisque la patience pouvait être mise à rude épreuve ! Mais ces moments ne sont rien, comparés à la maturité que nous avions à acquérir et surtout à la joie de voir les enfants sourire. La langue n’a plus été vue comme une barrière mais comme un pont ou une porte, liant les deux cultures. Nous leur avons appris des mots, nous leur avons fait découvrir notre culture, de notre enfance et de notre expérience ; et ils ont fait de même. Je ne peux être que reconnaissante d’avoir pu vivre cette expérience incroyable. J’espère avoir pu marquer ces jeunes et surtout leur avoir permis de s’évader de leur quotidien si dur. Le travail réalisé au centre est vraiment génial, il permet à ces enfants d’espérer un avenir meilleur que celui qui leur semble destiné. Merci pour tout, je ressors grandie de ces deux semaines. »

Anna Masset

« Mon expérience à Vatra Dornei fut extraordinaire. Au cours de cette semaine, j’ai su su prendre le temps de chérir, chaque seconde, chaque instant. Ces enfants, sans en être conscients, m’ont tant appris sur le monde, sur l’amour et sur moi même. Ils m’ont apporté une nouvelle essence de vie. Je n’aurais jamais imaginé, ne serait-ce qu’une fraction de seconde, m’ouvrir à tant de personnes merveilleuses. Les sentiments de plénitude que j’ai ressenti à leurs côtés sont le reflet de ce que je voudrais voir se diffuser dans le monde; les émotions sincères et innocentes. Chaque étreinte, chaque rire, chaque regard a su me rendre un peu plus heureuse. La tendresse, la joie et la gratitude procurées résideront à jamais dans mon cœur. »

Vy Truong

« Quand arrive l’été on pense aux vacances, la chaleur, la plage, la baignade. Mais à quoi pensent ces enfants roumains qui ont nul part où aller l’été? Durant ce séjour, j’ai découvert l’importance pour un enfant de recevoir de l’amour,de pouvoir jouer, rire! Rire qu’il a été difficile d’arracher à certains enfants et pour cela, je respecte le travail des sœurs du centre Maria Ward. Ces 6 jours passés avec ces enfants peuvent nous paraître courts mais à leurs yeux, ils paraissent infini par leur magie. »

Paul Thérézien

« Cela a été une experience incroyable, du début, jusqu’à la fin. Apporter son soutien moral à ces enfants dans le besoin de partager avec eux des moments de liesse, de joie. Aller à la découverte d’une culture différente est très intéressante! Le voyage a été, dans l’ensemble, une découverte magique. »

Clément Liguori

« Lors de cette mission, j’ai appris à faire la connaissance d’enfants extraordinaires. Nous étions partis en voyage humanitaire pour donner de l’amour à ces enfants. J’espère que nous avons réussi à leur fournir tout l’amour dont ils avaient besoin. Je me suis rendue compte que les enfants nous ont fourni autant d’amour que possible, par leurs sourires, leurs rires, leurs calins… Cette expérience a été inoubliable. J’espère que d’autres groupes de lycéens auront la chance de vivre de tels moments. Un grand merci à sœur Felicitas pour tout ce qu’elle fait. »

Domitille O’neill

« La vie c’est des étapes. La plus douce c’est l’amour, la plus dure c’est la séparation, la plus pénible ce sont les adieux et la plus belle, les retrouvailles. Ceci résume humblement l’aventure inoubliable que j’ai vécu pendant six merveilleux jours. A l’origine ma mission était de donner de l’amour et d’apporter la joie à des enfants blessés intérieurement. Je dis bien « intérieurement » car en leur compagnie, leurs sourires éclatants, leur âme innocente, leurs yeux pétillants m’ont fait prendre conscience que malgré leur quotidien difficile, ils ont encore foi en la vie. J’ai tenté de tout mon cœur et j’espère sincèrement avoir réussi à leur donner bien peu que ce que j’étais censée leur apporter, c’est à dire un nouveau souffle de vie. Chaque enfant avait un nom, une personnalité qui leur était propre, une histoire et chacun d’entre eux a su m’apporter un petit quelque chose qui m’a rendu profondément meilleure et m’a fait prendre conscience que ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. Des liens ont été établis, des cœurs se sont unis et ensemble nous avons pu créer de réelles amitiés. Par ailleurs, il est difficile de dire adieu lorsque l’on veut rester, compliqué de rire lorsque l’on veut pleurer, mais le plus terrible c’est de devoir quitter un être que l’on aime. Je me suis attachée plus particulièrement à une petite fille de 8 ans, elle avait à mes yeux le plus beau des sourires, l’âme la plus pure et le cœur le plus grand. Après avoir appris à la connaître, j’ai remarqué que nous étions identiques, les mêmes convictions et le même amour pour la vie. la quitter, voir ses larmes couler m’a brisé le cœur, mais avant de partir, elle m’a donné un mot écrit en Français, ce à quoi j’ai répondu en Roumain. Avec cet échange, j’ai compris que nos destins étaient liés à jamais et que son visage angélique restera gravé dans ma mémoire. Enfin, merci de tout cœur à l’association Graines de Joie qui œuvre pour apporter à ces jeunes l’amour de la vie. »

Caroline Bouisse

« Ce voyage m’a surpris. Il m’a étonné tant sur la portée qu’il a eu que sur l’impact qu’il m’a amené. Première mission humanitaire incroyable et qui, j’en suis sûre, ne sera certainement pas la dernière. Partir dans un pays étranger, partir avec un groupe que l’on ne connait pas, partir pour transmettre un message universel, celui de l’amour. Effrayée au départ, face aux enfants, toutes les appréhensions se sont envolées. Le sens même du mot humanitaire a réellement pris son sens pendant cette semaine passée au camp. Tous les jours des sourires apparaissent sur ces visages, qui fermés au départ, s’ouvraient au fur et à mesure, tout doucement, mais sûrement ! Nous avons été très bien accueillis par tout le monde, les enfants, ainsi que les bénévoles Roumains. Que dire des enfants ? Ils m’ont tous surpris, tous polis, tous adorables, gentils, à l’écoute malgré leurs blessures intérieures. Je me suis rapprochée de deux petits qui le premier jour, ne me répondaient pas. Aucun mot ne sortait de leurs bouches. Le deuxième jour, grâce à une bénévole Roumaine, j’ai pu entendre le son de la voix du plus grand. Fier du jeu qu’il avait créé, il s’exprimait dans un anglais assez complet pour son âge. Son âge, Avant de le savoir, je m’attendais à ce qu’il me réponde ; 9 ans ! Il en avait 12. A partir de ce moment-là il m’a souri un peu plus chaque jour, à répondre à mes questions, à mes sourires. Jusqu’au moment où nous nous sommes tenus par la main. S’est à cet instant qu’un lien c’est créé. Il souriait, il me souriait à chaque fois que nos regards se croisaient. Son petit frère, encore muet, jusqu’au jeudi, je ne l’avais jamais vu répondre ni émettre un semblant de sourire. Tous les matins, tous les midis et tous les soirs, il prenait du pain discrètement pour le manger dans sa chambre. Avec lui, cette aventure a été plus difficile mais je n’ai pas lâché l’affaire. Dès que mes yeux ont croisé son regard vide, j’ai compris que je souhaitais qu’à la fin de la semaine, sur ce visage si mignon, apparaisse un sourire. Contre toute attente, cela s’est révélé une réussite. Le vendredi, il m’accompagnait partout où j’allais, il me souriait et j’ai même entendu son rire, qui a réchauffé mon cœur. J’avais attendu, et tout doucement ils ont tous deux, compris qu’ils méritaient autant d’amour qu’ils pouvaient en supporter. Les au revoir ont été le plus difficile, surtout avec le plus grand. Ce garçon m’a atteint en plein cœur. Si innocent mais pourtant si meurtri ! Nous avons tous les deux pleuré. Cette aventure est gravée dans ma mémoire à jamais. C’est la meilleure expérience qui puisse exister. Merci à sœur Felicitas de rendre ces jeunes plus heureux et plus épanouis. Merci à l’association Graines de Joie, cette mission, c’est grâce à vous ! Merci à Marie-Laurence et Pierre, de nous avoir accompagnés dans ce périple, nous lycéens de Lacordaire.»

Lina Alagy

MISSION BURKINA DU 8 AU 29 JUILLET

Mission composée de 12 bénévoles afin d’effectuer les visites à domicile de chaque enfant parrainé et de leur proposer diverses activités. En parallèle, la fête de fin d’année de l’école primaire de Guigmtenga a été organisée. 360 kg de vêtements et matériel pour les activités ont été acheminés, grâce à la compagnie Air France.

Villages de Guigmtenga & Mougnissin : La mission a débuté par la fête de fin d’année scolaire de l’école primaire.

A l’école primaire : Après le discours bilan du Directeur de l’école et les recommandations de Graines de Joie pour la prochaine rentrée, les enfants ont remercié l’association. Les 5 premiers élèves de chaque classe ont reçu un prix composé de fournitures scolaires et de vêtements ainsi que d’un vélo pour Fadilatou Nana, CM2 arrivée 1ere au Certificat d’Études Primaires.

Les résultats sont bas cette année scolaire qui a été entrecoupée de grèves à répétition. Beaucoup d’élèves ont de grosses difficultés à lire et écrire au CM1 et CM2. A Guigmtenga, Ces résultats, aussi bas soient-ils, sont supérieurs à la moyenne nationale et le taux de réussite au Certificat d’Étude (fin du CM2) est supérieur à celui de la commune de Koubri malgré le ratio de 53 élèves par classe, imposé par le Ministère.

Sur 104 élèves présentés au certificat d’étude primaire, 36 élèves ont été admis.

Au Collège et Lycée : Les nombreuses grèves des enseignants ont également eu un impact sur les résultats de cette année scolaire. Le plus déplorable est que les sujets du BEPC et du Baccalauréat ont été proposés par du personnel administratif et non par des enseignants. Les résultats sont parlants, ils reflètent vraiment la moyenne nationale.

Sur 89 élèves présentés au BEPC, 32 élèves ont été admis.

Sur 24 élèves présentés au Baccalauréat, 10 élèves ont été admis. Les 10 lauréats ont étés primés lors d’un déjeuner organisé par l’association, en présence du Principal du lycée et de 2 professeurs.

PARRAINAGES ; Visites à Domicile : effectuées par Patricia Jany, la coordonnatrice de l’association en France accompagnée de Nicolas Eyraud, membre du Conseil d’Administration et d’Arnaud Fabri avec Bernadette Sebego de Graines de Joie Burkina. Les 159 enfants parrainés en France et en Italie en collaboration avec les FCPS (Frères Capucins Projets Sociaux), se sont déplacés avec leurs parents et ont répondu à un questionnaire qui nous a permis d’évaluer l’année scolaire, la situation familiale ainsi que l’état de santé de chaque enfant. Pour les enfants nouvellement parrainés, Graines de Joie leur a rendu visite chez eux afin de réellement prendre conscience de la situation familiale. Tous les parrains et marraines recevront un bilan de l’enfant qu’ils soutiennent.

En parallèle, Axel, Chloé, Émmy, Étienne, Hadrien et Mathilde, supervisés par Anouk ont accueilli les enfants afin de les aider à rédiger le courrier d’été destiné à leur marraine ou parrain. Puis, les enfants se sont répartis sur les différents ateliers : décoration de la carte de noël 2019, réalisation d’un cadeau de Noël pour leur marraine ou parrain, activités coloriages, puzzle, lecture mais également des jeux collectifs en intérieur et à l’extérieur clôturés chaque jour par une séance de chants et de danses qui ont fait l’objet d’un spectacle final présenté aux parents avec un goûter pour chaque enfant. Enfin, les enfants qui ont obtenu les meilleurs résultats scolaires ont été primés afin de les encourager.

Une mission très intense ! Les élèves de l’école primaire attendent toujours la fête de fin d’année avec impatience, les visites à domicile ont une grande importance, elle permettent de suivre l’enfant dans sa scolarité, son milieu familial et même de discerner des problèmes de santé ou des carences alimentaires, avec cette année, un panel d’activités qu’ils n’ont pas l’habitude de pratiquer et qui les rend heureux. Rendez-vous donc en septembre pour l’opération « kit cartable » et en octobre pour notre prochaine mission : distribution des fournitures scolaires et achat de sacs de riz indispensables pour la cantine.

BILAN DU SOUTIEN SCOLAIRE 2018/2019

Les premières séances ont débuté le 3 octobre 2018 avec un effectif qui a doublé par rapport à l’année scolaire 2017/2018. En effet l’école Chabanon dans le 6ème arrondissement catégorisée ZEP a sollicité l’association afin d’intégrer le projet au même titre que les écoles St-Théodore et St-Savournin. Il y a également quelques entrants en 6ème qui ont souhaité prolonger leur participation à ce projet. En effet, cette première étape du collège fait partie du même cycle d’apprentissage que les 2 classes de CM. En parallèle, dès la rentrée, l’association a recruté d’avantage d’enseignants, notamment un professeur de mathématiques. Pour aider les enseignants la présence des lycéens bénévoles est renouvelée. Les jeunes ont réellement pris conscience de l’importance de leur posture « grande sœur/grand frère ».

L’année scolaire se termine avec 44 élèves inscrits et un pourcentage de fréquentation élevé. 11 adultes se sont relayés tout au long de l’année, dont 7 qui sont rémunérés, ce qui est confortable. Les familles nous ont déjà sollicités pour une réinscription pour l’année à venir. Les chefs d’établissement et directeurs des écoles partenaires sont également intéressés pour poursuivre la collaboration. Dans l’esprit de notre volonté de nous inscrire en partenaire pédagogique, nous avons eu des contacts avec une orthophoniste et une assistante sociale accompagnant 2 de nos élèves. Les enseignants ont évalué le travail réalisé par chaque élève mais aussi par groupe.

Les élèves de 6ème :

Ils ont été très assidus et ont su demander de l’aide sur leurs points faibles. A l’issue de chaque trimestre et au regard des appréciations portées sur leurs bulletins par leurs professeurs nous avons défini avec eux les postures à adopter visant l’amélioration de leur autonomie. Ils nous quittent cependant pour moitié encore fragiles.

Les élèves de CM :

Ils ont souvent travaillé en équipe surtout pour développer les techniques de mémorisation des leçons et pour réaliser des recherches demandées par leurs enseignants. Ces moments ont permis d’aborder l’argumentation. Tous ont progressé à l’école.

Les élèves de CE1 et CE2 :

Ils étaient accompagnés par 4 adultes ce qui a permis de ne consacrer qu’une seule des 2 heures au travail inscrit sur l’agenda. La deuxième heure a fait l’objet de projets en étude de la langue; lecture active de notices de fabrications d’objets de décoration, rédaction de carton d’invitations, participation à la présentation d’une pièce de théâtre (réécriture d’un texte, lecture et mémorisation, mise en voix). Les CE1 ont particulièrement bénéficié de cette méthode de travail, ils étaient des lecteurs fragiles en début d’année et affichent de l’aisance en fin d’année.

Les élèves de CP :

Ils ont gagné en confiance, ils ont appris en équipe à utiliser les outils pédagogiques donnés par leurs enseignants. En fin d’année 2 élèves sur 14 ne maîtrisent pas encore la lecture. Nous avons détecté une dyslexie pour l’un des deux et nous avons partagé cette observation avec la directrice de l’école que cet enfant fréquente. La totalité des élèves accepte la coopération et accepte les jeux pédagogiques. Leur capacité d’écoute s’est améliorée au fil de l’année ainsi que leur acceptation de l’erreur.

La participation des étudiants bénévoles :

Elle a gagné en stabilité et s’est encore une fois avérée précieuse. Ils ont su trouver la bonne posture en se référant aux adultes en charge des différents groupes. Ils se sont répartis facilement selon les besoins et effectifs. Ces jeunes, en fin d’année, s’avèrent capables de dire vers quelle tranche d’âge va leur préférence de travail. Leur assiduité a été récompensée par l’obtention du passeport bénévole reconnu par les organismes publics et par parcours sup.

Les moments conviviaux :

Ils sont maintenant inscrits en tant que rituels et sont très attendus par les élèves… goûters en fin de période, représentation théâtrale et stage créatif avec des santonniers. Lors de ce stage nous avons pu observer des comportements similaires à ceux déjà vus en situation de travail scolaire et la gestion de la difficulté dans un contexte autre que celui des apprentissages fondamentaux s’avère intéressante.

Agnes Massimelli

pour l’équipe d’aide aux devoirs

NEWSLETTER DE JUIN 2019

Dans ce numéro : Les gagnants de la tombola 2019, les « Opérations bol de riz », dans les établissements scolaires, les opérations caritatives de l’école de l’Air de Salon de Provence, du lycée Jean Trucat de Martigues et du collège international de Noisy-le-Grand et les préparatifs des 3 missions de cet été.

Pour consulter la newsletter de juin CLIQUEZ ICI

TIRAGE DE LA TOMBOLA 2019 DE GRAINES DE JOIE

Liste des gagnants de l’édition 2019: Tirage effectué par Frédérick Bousquet, parrain de l’association avec Amel Sleiman (Galeries Lafayette-Voyages), sous l’égide de Maitre René Baccino, Huissier de Justice.

NEWSLETTER DE MAI 2019

Dans ce numéro : La dernière mission au Brésil, vidéo des 20 ans de Graines de Joie, la chasse aux œufs du Rotary Club Marseille Monte Cristo, « Courir pour Nourrir » la Course solidaire du collège et lycée Ste-Marie (Aubagne-13) et la remise des passeports bénévoles.

Pour consulter la newsletter de mai CLIQUEZ ICI

MISSION BRÉSIL DU 13 AU 20 MAI 2019

Mission de 8 bénévoles dont Cécile Vic et Chloé Rainglas de la Fondation Air France, Marie-Charlotte Bailly, de la Fondation Saint-Gobain, Cécilia Salone et Nicolas De Marcellis du Rotary Club Marseille Monte Cristo et Frédérick Bousquet, le parrain de l’association, avec pour objectifs principaux : l’inauguration de la rénovation du centre social Terra dos Homens à la favela de Manguerinha et la visite des 4 autres projets à Rio.
Graines de joie a participé à une conférence-débat sur le thème de « La prévention de la violence dans le contexte urbain au Brésil » au Consulat de France à l’initiative de l’association Terra dos Homens avec les Fondations Air France et Saint-Gobain, en présence d’associations et d’entreprises françaises implantées au Brésil.

Favela de Mangueirinha:

Mangueirinha est une favela d´environ 10.000 habitants. Terra dos Homens est la seule ONG implantée dans la favela de Mangueirinha, la plus violente de Duque de Caxias (ville aux portes de Rio). L’association a lancé le Programme « Racines locales » qui regroupe des projets et des actions visant à protéger les enfants, leurs familles et à encourager le développement communautaire au sein de cette favela.

Cette année, en parallèle du financement d’activités ludiques et éducatives destinées aux enfants dont les mères enceintes participent à une formation professionnelle dans les locaux de l’association, Graines de Joie a financé la rénovation totale du centre social.

Cet équipement social, centre névralgique de l’association dans la favela, n’a jamais été entretenu, faute de moyens. Il était délabré, l’électricité et les évacuations n’étaient plus aux normes. Il était donc urgent de pouvoir le réhabiliter afin qu’il puisse continuer à recevoir les jeunes mères et leurs enfants, sans quoi, l’activité de l’association au sein de la favela n’aurait pu continuer.

Le bâtiment réhabilité a été inauguré en présence des partenaires financiers et surtout des enfants et jeunes de la communauté qui nous ont présenté un spectacle résumant tout le travail social effectué au sein du centre.

Détails du projet: Ce centre de formation est composé d’un rez-de-chaussée avec une grande salle polyvalente, des bureaux, une cuisine, des sanitaires, une cour et une terrasse couverte à l’étage. Le tout sur un total de 250 m².

Coût de cette réalisation : 38 755€

Ce projet a été financé par Graines de Joie avec le soutien de la Fondation Saint-Gobain et sa filiale PAM Canalizaçao.

Quartier de Campo Grande:

La délégation a été accueillie par le Père Mauricio, qui gère les équipements sociaux de ce quartier très populaire de Rio. Après la visite du centre de formation professionnelle pour adolescents inauguré en 2018 et de la crèche « Sagrada Familia » qui a été agrandie en 2016 par Graines de Joie, nous nous sommes rendus à la crèche Santa Rita afin de nous rendre compte des futurs travaux d’agrandissement qui devraient débuter en octobre 2019.

L’objectif principal est d’accueillir d’avantage d’enfants dans de meilleures conditions, la demande étant importante. Cette extension et la mise aux normes proposera des locaux plus spacieux et fonctionnels appropriés au développement des activités éducatives.

En amont, une réunion à l’usine Michelin Rio a eu lieu avec le Responsable Social de l’entreprise et son équipe pour un futur partenariat local.

Favela d’Arvore Seca & Vila Cabuçu:

Rencontre avec les enfants dans les deux crèches, avec un spectacle de danse suivi d’un repas avec les équipes pédagogiques et remise des cadeaux des parrains et marraines aux enfants.

Puis visite des réalisations des travaux d’entretien et de sécurité des 2 crèches financés par l’association en 2018.

Favela de Pavao-Pavaosinho:

L’ambiance est toujours assez tendue surtout depuis que des trafiquants ont investi les lieux (échanges de tirs réguliers).

Les sœurs vivent constamment des moments très difficiles mais elles restent respectées de tous.

Nos actions :

  • Remise des colis : vêtements, peluches et jouets.

  • Financement des prochaines colonies de vacances.

Favela de Rocinha:

La favela de Rocinha couvre une superficie de 95 hectares lui donnant le titre de la plus grande favela en Amérique latine. Elle possède quelques zones de loisirs comme l’espace « Quadra Street 1 » qui par des projets sociaux vise à retirer les enfants des rues par le sport, la culture et les loisirs.

Actuellement le projet « Vaincre par le sport » propose à 500 enfants et jeunes de 4 à 18 ans plusieurs disciplines telles que le foot en salle, la capoeira, la boxe, le jiu-jitsu et le muay thai. C’est dans ce cadre que nous avons remis de façon officielle le matériel sportif, informatique et de sonorisation financés par l’association grâce au Rotary Club Marseille Monte Cristo, lors d’une grande fête organisée pour l’occasion.

Si le climat dans les communautés nous empêche parfois de nous rendre dans les favelas, l’accueil reste des plus chaleureux de la part des habitants. Nous y sommes bienvenus car nous aidons les enfants ! L’association « Sal da Terra », œuvre pour les plus petits à Ternurinha et Chameguinho malgré quelques difficultés financières. Malgré cela, les parrainages et les projets se poursuivent, Graines de Joie espère toujours plus de bonnes récoltes à l’avenir, encore de nombreux enfants restent dans l’attente d’un parrain ou d’une marraine*. A Campo Grande, ce n’est pas la violence qui est omniprésente mais la pauvreté et surtout l’éloignement. Enfin, à Mangueirinha, la réhabilitation du centre social a redynamisé toutes les actions mises en place depuis quelques années. Quant à Rocinha, le matériel tant attendu a enfin été livré, les activités sportives vont désormais être dispensées dans de bien meilleures conditions. L’aboutissement de tous ces projets nous encourage à continuer nos actions au Brésil. Le sérieux de ces associations et structures sociales qui aident leurs communautés nous engage d’autant plus à les soutenir. Aussi, nous comptons sur votre mobilisation pour nous aider à les aider !

* parrainagebresil@grainesdejoie.eu

Lire l’interview de Frédérick Bousquet de « Bom dia Brésil » CLIQUEZ ICI

Lire l’article de Graines de Joie à Rocinha de « Bom dia Brésil » CLIQUEZ ICI